eStorial de la frontière lorraine
 
Des souvenirs et des hommes

IIIe marche des Passeurs
Samedi 12 mars – 16h00
Aux quatre chemins – col du Rudemont

En ces années de commémoration et après les célébrations de la libération de notre pays, la marche des Passeurs trouve toute sa dimension dans le paysage historique régional. Elle permet de démontrer qu'en amont des gestes héroïques de nos libérateurs, des anonymes ont résisté seuls et efficacement pendant quatre longues années.

Pour ceux qui l'ignorent, rappelons-en les caractéristiques ! Cette marche, bien modeste en soit est en réalité une agréable promenade bucolique de deux petits kilomètres effectuée dans un environnement champêtre en empruntant les chemins des passeurs du crû, qui pendant ces périodes troublées de l'occupation, aidèrent des centaines de prisonniers évadés à regagner leurs foyers, la résistance ou encore les armées alliées et ce au nez et à la barbe des douaniers allemands qui gardaient cette frontière.
D'une année sur l'autre le trajet alterne et les deux villages s'accueillent mutuellement à tour de rôle. Les uns viennent attendre les autres au col du Rudemont. Les deux maires s'échangent un objet symbolique. En 2003 ce fût une râclotte, outil dont on équipait les évadés afin de faire croire aux douaniers qu'ils partaient aux champs.

En 2004, la lettre d'un prisonnier en Allemagne à destination de sa famille a ainsi, à soixante ans de distance, repassé la frontière cachée dans le guidon d'un vélo d'époque mené par un passeur.
A chacune de ses manifestations, des témoins de l'époque, passés ou passeurs sont venus soit dire combien ils étaient reconnaissants du geste dont ils avaient bénéficié ou, pour les autres, répondre tout simplement qu'ils n'avaient fait que leur devoir et que si c'était à refaire, ils recommenceraient. Pourtant, le risque était grand, arrestations et déportations se succédaient. Pour beaucoup, il n'y eut jamais de retour.

On donnait le peu que l'on avait, du pain, un manteau, de l'argent, un ticket de train et un peu de son temps. On accompagnait l'évadé de l'autre côté au risque de prendre un coup de fusil ou de se faire arrêter, on l'abritait sans savoir qui il était. A cette époque la solidarité n'avait pas d'orchestration médiatique, vous seul saviez ce que vous aviez fait, la main gauche ignorait ce que faisait la droite. C'est ainsi que beaucoup de ses gens sont restés anonymes.
Ainsi Mosellans et Meurthe-et-Mosellans perpétuent le souvenir d'hommes et de femmes qui ont fait preuve de générosité, qui ont rendu service, de part et d'autres de cette frontière dressée entre les deux villages mais dont la portée du geste déborde largement cet espace.

Troisième de ce nom, cette manifestation figure désormais au programme des cérémonies officielles des deux villages. Initiée à la suite de la cérémonie organisée par la municipalité de Novéant en hommage aux passeurs en 2002, cette marche symbolise notre reconnaissance vis-à-vis de tous ces gens ordinaires.
Pour terminer mon propos, à noter que ette année, les écoliers d'Arnaville travaillent sur le sujet
JF Genet



retour sommaire marche Passeurs »»»»Marche_des_Passeurs.htmlshapeimage_2_link_0